Y a-t-il une vie après les prolongations ?

Photo © Ernesto Timor - Espace nu

shot: sept 10 | reprinted: today | paris | the empty project

Le joli mois de mai n’est plus, et avec lui s’achève mon expo (prolongée) à La Méduze. De quoi se sentir un peu vide et désemparé, quand on a quelque souci avec l’impermanence, d’où cette image en forme de lot de consolation symbolique, sans doute. Pour regarder vers l’avenir, Mes champs visuels s’exposeront sans doute encore, flanqués de la projection-concert expérimentée avec bonheur grâce à mon comparse Jeff Duschek autour de Pour que tu ne perdes pas le fil. Toute proposition d’accueil de tout ou partie de ce projet sera étudiée avec la plus grande attention, n’hésitez pas à faire signe, si vous êtes organisateur-trice ou connaissez quelqu’un qui… ;-)

Elan vital

Photo © Ernesto Timor - Lancer de cordeau sur menhir

shot: jan 17 | printed: today | brittany | hasta siempre

Je ne sais pas bien quoi dire de l’actu nationale, à part « faites pas les cons », ce qui n’a jamais convaincu personne, et surtout pas ceux dont la jugeote n’en finit pas de se dissoudre dans de l’infect alcool de patrie.

En lot de consolation, un mot de mon actu perso, modeste et dérisoire au demeurant, mais faire œuvre collective entre gens ouverts à l’inconnu c’est déjà une preuve de vie hein… Pour que tu perdes pas le fil s’est donc projeté comme prévu à Lyon jeudi 27 avril, avec les audaces guitaristiques de Jeff Duschek pour faire de ce photo-ciné-concert un événement bien au-delà du prévu ! Nous reviendrons, nous jouerons encore, là ou ailleurs, et je poursuis les prises de vue de ce work in progress (l’image ci-dessus en est d’ailleurs un avant-goût en terres bretonnes) !
Quant à l’expo de Mes champs visuels, elle reste accrochée à l’accueillante Méduze jusqu’au 16 mai, aux irrégulières heures d’ouverture et aussi sur rendez-vous (bref on s’arrange) !

Pas d’embrouille

Photo © Ernesto Timor -

shot: nov 15 | reprinted: today | paris | easy binding

Où je vous reparle en clair du projet Pour que tu ne perdes pas le fil !
En vrai ça se déroule tranquille ces petits préparatifs, et donc tout soudain les Lyonnais et les voyageurs pourront découvrir la face A et la face B d’Ernesto au cordeau !
Face A : accrochage de 8 grands tirages extraits de la suite Mes champs visuels.
Face B : Pour que tu ne perdes pas le fil, 7 ou 8 courts films photographiques, projetés le soir du vernissage : Jeff Duschek performera en live leur bande son post-rock !
Ces réjouissances sont proposées dans le cadre du vernissage de l’exposition Tiré au cordeau, avec aussi les images de Emre Orhun et Shneckewurst, et c’est jeudi 27 avril 2017 à partir de 19 h à La Méduze (Lyon 1er) !
Plus de détails sur tout ça : www.ernestotimor.com/cordeau

Gloire aux travailleuses

Photo © Ernesto Timor - Femmes en logistique

shot: mar 17 | printed: today | not so far from lyon | girls’ power

Je suis arrivé au terme d’un travail de commande que je mène depuis plusieurs semaines : une série de portraits de femmes travaillant dans le secteur de la logistique en Nord-Isère, à l’est de Lyon. Voici quelques vues de cette exposition intitulée Femmes en logistique, la scénographie de l’accrochage étant au diapason de l’entrepôt vide qui sert de galerie éphémère !



Vingt de ces photos se retrouvent en effet présentées en grand format dans le cadre de la 1re Biennale de la logistique organisée par le Pôle d’Intelligence Logistique dans le parc d’activités de Chesnes, à Saint-Quentin-Fallavier (38). Vernissage ce 8 mars, ce qui est le moindre des clins d’œil eu égard au sujet !
Plus d’explications sur ce projet, et sélection très personnelle de mes préférées, sur ma vitrine professionnelle Timor Rocks !

Ceci n’est pas une tapisserie

1511-life1777

shot: nov 15 | printed: today | beauvais (north of france) | simply magic

Encore une drôle d’apparition made in Beauvais. A l’entrée du Musée de la Tapisserie où se tient le gros des Photaumnales, une merveilleuse Spiral camera obscura conçue par Marja Pirilä et Petri Nuutinen. On se glisse tout entier dans l’escargot et qu’est-ce qu’on voit ?

Une dernière curiosité à la limite de l’illusion d’optique est enfin à découvrir parmi mes images ramenées de là-bas, sur ma page d’écho à Bayard, c’est la dernière fois que je vous en parle !


Autoportrait en dissocié cérébral

1511-life1759

shot: nov 15 | printed: today | beauvais (north of france) | eat my brain

Aucun végétal n’a été maltraité pour les besoins de cette photographie, il s’agit là d’un étonnant chou en céramique signé Jean-Michel Savary, dans le joli petit jardin du Mudo à Beauvais, sur ma route (ph)automnale vers Hippolyte



Reprenons le fil

Photo © Ernesto Timor

shot: jul 15 | printed: today | liège (belgium) | cannot be the end

Ce pays n’est pas représenté sur les atlas et les cartes du monde car il est très difficile à dessiner. Il est en effet très complexe de tracer sur des cartes horizontales les contours de ce pays en géographie verticale. Seul un caillou, attaché au bout d’un fil et posé sur un endroit de la carte du monde, pourra vous aider à imaginer ses habitants se tenant tous fermement accrochés à ce morceau de ficelle. Si vous voulez bien vous donner la peine d’entrer et d’imaginer…

Texte d’ouverture de la savoureuse exposition L’Appartement témoin de la Cie Turak,
ou comment expliquer la Turakie aux non-initiés (musée des Confluences à Lyon)…


Et quant à mon image écho, il entre dans sa composition du caillou que vous ne pouvez pas voir, de la ficelle qui s’avère être l’extrémité de ma pelote de cordeau (oui, lui-même, celui qui trace les cadres de Mes champs visuels) et pour la dérouler dans ces espaces hantés il y a aussi une merveilleuse… Non je ne vous dis rien. Simplement que c’est l’image de fin d’une séquence photographiée en cette fin juillet à Liège, en side-project improvisé hors champ, et dont la publication se fera le moment venu (titre provisoire : Le pensionnat).


Tableau de chasse

Photo © Ernesto Timor

shot: jul 15 | printed: today | liège (belgium) | chic & cheap

 

Cet étalage de la brocante de Saint Pholien avant tout pour vous dire en pirouette que là à quelques pas, derrière vous, c’est Chic & Cheap. Jusqu’au 16 août, quinze jours d’exposition collective d’art contemporain (et même de photographie, ha ha), dont je suis partie prenante : une partie intra-muros dans le bel espace du hangar B9 au cœur de l’école Saint-Luc, et un parcours extra-muros à travers les vitrines de la ville de Liège (ma vitrine à moi étant une « cellule vide » rue Léon Mignon dans le quartier Saint Marguerite). Accrochage, vernissage et moult rencontres délicieuses pire que des gaufres… j’arrête, je rentre au pays ! Mais vous qui vivez/passez par là, allez découvrir Mes champs visuels en cette version export, et puis tout le reste… c’est fort gai !

PS : un petit album de traces de l’expo est à voir sur mon FB (lien accessible à tous).

La relecture du paysage

shot: aug 14 | reprinted: today | distant outskirts of lyon | read inside me again

Il y a quelques mois, le post La lecture du paysage m’avait servi à vous toucher deux mots de la parution de Mes champs visuels (cycle #1). Incroyable coïncidence,  la présente Relecture du paysage m’amène à vous parler de la parution de Mes champs visuels (cycle #2) ! La photo ci-dessus en est extraite, à ceci près que dans le livre elle figure en version noir et blanc, pour mieux s’intégrer à ses collègues des autres pages sans faire la maligne…

Photo © Ernesto Timor Il s’agit de vrai livre en papier, tirage limité et soigné, ça va sans dire. Sortie le 30 avril 2015 ! Pour en découvrir davantage et craquer et le commander, voire commander les deux cycles ensemble — ça sent l’offre spéciale —, hop sur Image Latente !





Par ailleurs, Mes champs visuels fait l’objet d’une exposition, toujours en vrai papier mais cette fois à la verticale ! C’est à Liège dans le cadre de l’excellent festival Chic & Cheap du 31 juillet au 16 août. Un petit album de traces de l’expo est à voir sur mon FB (lien accessible à tous).

Et je vous tiendrai informé(e)s si d’autres dates, plus proches dans le temps comme dans l’espace, venaient à se confirmer…

« Comment s’en sortir sans sortir »

Photo © Ernesto Timor

shot: oct 11 | reprinted: today | lyon | alt take

Guillemets sur ce titre car la formule vertigineuse est de Ghérasim Luca.

Et cette photo, vous croyez la connaître sans tout à fait la reconnaître, si vous êtes un peu attentifs. C’est en effet une rivale malchanceuse d’une des images de Mon lieu secret, l’une de celles qui a été le plus vues et reproduites, au point que j’en vienne à oublier qu’au départ elles étaient deux, bien difficiles à départager. Et, je vous le donne en mille, à présent une voix sourde en moi crie à l’erreur judiciaire !

Lire la suite

Ubiquité, quand tu nous tiens

Photo et graphisme © Ernesto Timor

Teaser personnel : Tout l’monde y peut pas être partout !

Résumons-nous.

Je suis à Paris, treizième convive dans une exposition collective d’artistes (par ailleurs belges, quant à eux !) aussi allumés que talentueux. C’est Bis + 3, à la galerie du 59 Rivoli. J’y fus en chair et en os ce mercredi 16 pour un vernissage fastueux. L’expo se poursuit, de 13h à 20h tous les jours sauf le lundi jusqu’au 28 octobre. Tout ce temps, une permanence est assurée par le grand manitou Gordon War, il y a même une table présentant le tout nouveau tout beau livre Mon lieu secret, disponible au retrait pour les souscripteurs et à l’achat pour les autres ! Plus de détails ici.

Je suis à Lyon, de-ci de-là pour les premiers événements liés à la sortie dudit livre. Première rencontre (en compagnie de deux autres auteurs de livres tournant autour de ce territoire lyonnais) ce jeudi 17 à la librairie Rive Gauche, premières dédicaces pour des acheteurs jusqu’alors inconnus, moment chouette et inédit ! Et ça se poursuit avec tout ce week-end à la Braderie Lumière, puis une soirée dédiée aux souscripteurs ce mardi 22 octobre à la Croix Rousse, etc. Ces événements et les suivants sont listés en détail dans la colonne Ça va se passer

Et donc, le livre étant paru, il est aussi tout à fait officiellement disponible où que vous soyez : physiquement présent dans quelques bonnes librairies déjà, commandable partout, que ce soit chez votre local dealer, sur des librairies en ligne ou directement chez les éditions Libel.

Last minute incartade ?

Article du Progrès

Lu dans Le Progrès du 20 juin : « A voir sans faute ces scènes familières et surréalistes, portes entr’ouvertes sur l’autre côté d’un miroir. Les œuvres d’Ernesto Timor sont traversées par les lignes de fuite, des trouées de lumière, des silhouettes furtives dans la pénombre de la ville. » (Monique Desgouttes-Rouby).

Il s’agit là de mon expo Incartades, présentée à l’espace Albert Camus de Bron (Lyon). Elle n’est plus là que pour quelques jours, et je vous y accueille en particulier à partir de 17h ce mercredi 26 juin : visite guidée pour ceux qui voudront, projections en grand format : Les limites nous écoutent + intégrale des portraits de Mon lieu secret. Fermeture aux alentours de 20h…
Plus de détails sur l’expo sur cette page

La route des crus

shot: sept 07 | printed: today | beaujolais by bus | center of france

shot: sept 07 | printed: today | beaujolais by bus | center of france

Ce 15 novembre c’est fou tout ce que vous pouvez vous offrir comme premières officielles à Lyon : redécouvrir le goût aigrelet du Beaujolais nouveau (dont c’est le premier jour officiel), vous offrir un douloureux face à face avec les petits commerces plus vrais que nature de Raymond Depardon (l’expo de sa France éternelle y ouvre aujourd’hui officiellement au Plateau) et même, toutes proportions gardées, assister à la première projection officielle de Mon lieu secret (au meet’up Artilinki à l’Antre Autre). Et que vient faire là-dedans cette image de gare SNCF abandonnée, je vous le demande un peu… Santé, et au plaisir de vous voir.

Double foyer

shot: aug 11 | printed: today | take me to the movie | lyon

shot: aug 11 | printed: today | take me to the movie | lyon

A Saint-Fons (aux portes de Lyon, suffit de s’avancer un peu dans la renommée Vallée de la Chimie…), il s’est passé ce dimanche une drôle et belle initiative de mon ami François Nagir, par ailleurs photographe et aux manettes du mixage vidéo pour Les limites nous écoutent. Lire la suite