Pour que tu ne perdes pas le fil : suite de films photographiques, 2017

Dans la ligne (sinueuse et brisée plus que droite) de Mes champs visuels, un side-project a vu le jour : Pour que tu ne perdes pas le fil.
Ça aurait aussi bien pu s’appeler Chacun(e) son lien, et c’est une nouvelle saga de films photographiques, mis en musique par le guitariste Jeff Duschek.


On retrouve la pelote de cordeau qui servait à cadrer les paysages de Mes champs visuels, puisque tout part de là… Pour le reste, l’approche est opposée, à moins qu’elle ne soit complémentaire : l’humain se défragmente, revient au premier plan, c’est lui qui décide comment tout cela va se dérouler, en s’impliquant à des degrés divers. Je lâche chacun-e dans un espace clos, souvent chez lui-elle, il-elle y tisse sa toile à sa façon, se prend les pattes dedans exprès ou pas, en tous cas ça performe plus que ça ne pose…
Ce basculement du côté de l’incertain et du vécu intime a fait aussi changer le mode de restitution : c’est le chemin qui importe, ses tentatives et ses retours sur soi, il faut pouvoir glisser le long de cette profusion d’images intermédiaires, et ça passe donc par des montages en petits films photographiques, autant que de rencontres…

Un musicien m’a rejoint dans cette aventure : Jeff Duschek fait gémir ses guitares hypnotisantes sur les bandes originales de chacun de ces épisodes.
« De la matière sonore enveloppe les images. Dans les tréfonds de la musique libre et (parfois) improvisée, je fais retentir mes compagnes d’acier et mes plus chaudes lampes. Accompagnant le fil qui se déroule, la guitare à bout de bras et la tête dans le cosmos, une âme post-rock dans un corps contemporain ! »

 

 

Photo et graphisme © Ernesto Timor

Pour la première fois, Jeff Duschek performe en live sur la projection de l’intégrale à  ce jour (de 6 à 8 épisodes, on verra, une bonne demi-heure), à la Méduze (Lyon 1er) ce jeudi 27 avril 2017 ! Ce sera à l’occasion de la soirée de vernissage d’une expo accueillant, sous le titre Tiré au cordeau, aussi bien mes tirages de Mes champs visuels que les photographies d’Emre Orhun qui fait parler les cordes à sa manière…

 

Laissez-vous embarquer (en montant le son, plein écran et en HD de préférence) !



Ci-dessus un visionnage en avant-première des épisodes réalisés à ce jour. Certains ont déjà leur bande son, d’autres pas. Ils durent de 3 à 8 minutes chacun, et s’enchaînent…

Les commentaires sont fermés