Retour de clic-clac

Photo © Ernesto Timor - clic-clac

shot: jan 07 | reprinted: jan 17 | paris | single bed [series]

Cette image est extraite de Clic-clac, une nouvelle arrivée au rayon séquences photographiques. Les images ont pile 10 ans d’âge, ce qui est tout frais c’est l’impulsion de compilation, le coup de flip-book presque (les images de la série sont au nombre de 33 !).

Dites 33, et le convertible venu du froid s’éveillera. […] Ce n’est pas ma seule tentative de performance photographique frontale sur canapé / divan / sofa, mais c’est la plus ancienne et quelque part la plus légère et jolie (des notions qui ne sont pas forcément en haut de mon échelle de valeurs infernale). Le suédois démonté n’y est pour pas grand chose, par contre la parfaite Marine y est pour beaucoup…

Extrait de la présentation d’intro.

A découvrir dans son intégralité en Enfer : Clic-clac [Single Bed]



Clic-clac (Un livret de la collection Petites histoires pour ne pas dormir)

Photo © Ernesto Timor

shot: jan 07 | reprinted: jan 17 | paris | single bed [series]

Dites 33, et le convertible venu du froid s’éveillera. 33 est le nombre déraisonnable d’images que contient ce Clic-clac [Single Bed]… qui se feuillette presque comme un flip-book, les agiles du clic y perdront bien moins que 33 secondes… A l’origine, putain 10 ans, j’en avais publié une sévère sélection d’une demi-douzaine, et puis hop à la trappe.
Ce n’est pas ma seule tentative de performance photographique frontale sur canapé / divan / sofa, mais c’est la plus ancienne et quelque part la plus légère et jolie (des notions qui ne sont pas forcément en haut de mon échelle de valeurs infernale). Le suédois démonté n’y est pour pas grand chose, par contre la parfaite Marine y est pour beaucoup…
Lire la suite

Un plan canicule (Un livret de la collection Le collodion humide)

Photo © Ernesto Timor - Un plan canicule

shot: aug 12 | reprinted: today | near lyon | shower must go on [series]

Un plan canicule [Shower Must Go On], collection Le collodion humide.

Angy Mini est dans la tourmente. Une première version avait paru l’été de la prise de vue, limitée à quelques abstractions optiques. En voici la projection intégrale, maintenant qu’il est tout-à-fait clair qu’il n’y a plus de saisons.

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

La fiancée du Mikado (Un livret de la collection Passes et passages)

Photo © Ernesto Timor

shot: aug 10 | reprinted: today | distant outskirts of paris | mikado’s bride [series]

La fiancée du Mikado [Mikado’s Bride] combine en trois chapitres inégaux plusieurs visites d’une jeune femme à la maison aux bambous. Aussi surprenant que cela paraisse, il n’y a là aucune intervention de ma part sur le décor, ni intention artistique de qui que ce soit : rien que des bambous coupés, mis à sécher, stockés là où y avait de la place. Ça n’empêche pas de rêver un peu…

Photographiées en 2009 et 2010, ces vues sont quasi toutes inédites. Et pour les rares déjà vues ici ou là (le vertige de couverture, ou plus loin une nature morte exposée parmi les Incartades), elles retrouvent enfin leur contexte de naissance. Cette étrangeté prend place dans la collection Passes et passages.
Lire la suite

Mooncell (Un livret de la collection Passes et passages)

Photo © Ernesto Timor

shot: mar 08 | reprinted: today | distant outskirts of paris | borderline parade [series]

 

 

Mooncell [Borderline Parade] est la réédition d’une séquence de 2008. Créée comme un « Parcours en marge » des Limites nous regardent, elle prend ce jeu des limites au pied de la lettre, ça s’embrouille carrément dans la rubalise avant de s’envoler vers d’autres horizons — tout ça sans quitter sa cellule. La divine Lunah prête son visage à ce théâtre d’ombres. En voici un remix augmenté et profondément remanié, qui trouve sa place dans la collection Passes et passages.
Lire la suite

Entre deux portes (Un livret de la collection Le collodion humide)

shot: jul 09 | reprinted: today | near paris | quickview [series]

Entre deux portes [Quickview], collection Le collodion humide.

Mlle Nada s’offre à une rencontre de couloir sans chichis, performance minimaliste qui à force de petits riens ose vraiment beaucoup. Cette réédition à plusieurs années de distance a été l’occasion de nombreuses redécouvertes et d’une nouvelle mise en pages plus rythmée, qui tente à sa façon un écho aux humeurs en cascade…
En ouverture, un court extrait du Nouveau Dictionnaire des synonymes de Nicolo Tommaseo, 1838, qui nous parle séduction et attirance. (Voir un autre extrait édifiant sur les notions Se donner, s’abandonner, se donner en proie, sur ce post ancien d’Irregular).

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

La gêne aux entournures (Un livret de la collection Petites histoires pour ne pas dormir)

shot: nov 10 | reprinted: today | lyon | undersize me (series)

La gêne aux entournures [Undersize Me], collection Petites histoires pour ne pas dormir.

Photographies de 2010, augmentées de quelques couches d’inédites. Séquence finalisée et même rebaptisée en 2014 (titre original : Peau de chagrin) !

 

 

Lire la suite

L’essayeuse ne connaît pas le vertige (Un livret de la collection Passes et passages)

seq_catch-1

shot: dec 07 | reprinted: today | paris | women’s wrestling (series)

L’essayeuse ne connaît pas le vertige [Women’s Wrestling], collection Passes et passages.

Photographies de 2008, augmentées d’un soupçon d’inédites. Séquence réordonnée et même rebaptisée en 2014 (titre original : Catch féminin) !

 

 

Lire la suite

Les valeurs refuges (Un livret de la collection Le collodion humide)

Photo © Ernesto Timor

shot: may 04 | reprinted: jan 14 | champagne (east of france) | as good as gold [series]

 Les valeurs refuges [As good as gold], collection Le collodion humide.

Texte de présentation lors de la sortie :
Ça aurait pu tout aussi bien s’appeler « oldies but goldies » :  petite errance photographique de presque dix ans d’âge avec une improbable Angelina, dont les clinquantes et minimalistes tenues n’avaient jamais connu l’expérience déstabilisante du sous-bois. Moi-même un peu dérouté par ce rapprochement contre-nature, je n’avais jamais trop su quoi faire de ces images, qui attendaient leur heure planquées sous un tapis de feuilles mortes. Tic tac tic tac. Et là soudain, boum, comme qui dirait, ça fait sens. (On peut aussi s’en moquer, du sens, et rester à la surface des choses, qui est plutôt douce à regarder dans le cas présent.)

 

 

 

 

 

Lire la suite