Educateur de plantes vertes

Photo © Ernesto Timor - A quoi je sers

shot: mar 15 | printed: today | lyon | plantcare worker

éducateur de plantes vertes. voilà mon travail est simple mais exigeant. il faut être là. ne pas compter ses heures. être là tout le temps. surtout la nuit. la nuit parler aux plantes. leur raconter qu’elles vont s’en sortir que ce n’est pas grave que nous les hommes on va leur laisser de la place. et il en faut des histoires pour aller jusqu’au matin. c’est ça mon boulot. je parle à l’oreille des plantes. surtout les vertes. si quelqu’un pense que c’est un boulot inutile qu’il se lève !

Petite bouture textuelle prélevée sur 51 mots pour dire la sueur, prochain spectacle du Théâtre du Menteur écrit par François Chaffin. Je n’ai pas fini d’y faire écho à ma façon, que ce soit comme ici personnellement ou comme là-bas plus officiellement !…

Les devoirs de vacances : aujourd’hui, pourquoi pas

Photo © Ernesto Timor -

shot: dec 16 | printed: today | lyon | omg

Je confesse une aversion particulière pour les crèches de Noël. Même en photo, d’ordinaire elles ne me font pas rire. C’est pourquoi cette image est une rareté absolue dans ma production. Le charme de l’installation précaire sans doute, qui soudain redonne un peu de fraîcheur au bazar, presque une esthétique de squat qui vient rhabiller le bâti gothique ! Et surtout et avant tout, la brebis en bas à gauche du fond peint, droit sortie du Génie des alpages plutôt que de la Bible…

Alors, Raymond… ?

Photo © Ernesto Timor - Aux galeries de Poule

shot: oct 16 | printed: today | beaujolais, not so far from lyon | french touch

— Alors, Raymond, tu veux faire quoi plus tard ? Droguiste ?

Lexique
Poule : village du Beaujolais.
Raymond : prénom charmant, vieilli. Raymonds célèbres : Bidochon, Poulidor, Depardon.
Plus tard : avenir tracé, vieilli. Exemples d’avenirs tracés : tenir une droguerie, reprendre un commerce de détail, fonder une galerie (de tricot).

Nota bene. Soyez assurés que je ne me moque de personne, tous les noms cités ont mon estime et j’adorerais exposer là, faute de savoir tricoter.

« Il nous fallait une bonne petite catastrophe »

Photo © Ernesto Timor - Le cours naturel

shot: june 16 | printed: today | distant outskirts of paris | beautiful disaster

On dit souvent aux amis qui souffrent et qui ont peur : c’est formidable d’avoir peur. La crise c’est bon. La tempête de 99, elle a fait un bien fou à la nature. Ouhlàlà ! Les taillis reprennent, c’est la lande, la taïga d’avant. Les rivières reprennent leur cours naturel. Arbres morts impliquent champignons, etc. Tout va mieux. Je ne vous parle pas des oiseaux, des vers de terre, de la chicorée sauvage. Il nous fallait une bonne petite catastrophe, il faut souffrir pour être belle. Mais pas du tout. Allez on respire, il ne vous est jamais rien arrivé, pas de drame. Respirez, plus de passé, plus de récent. Le récent c’est périssable…

Olivier Cadiot, Histoire de la littérature récente, Tome 1 (POL, 2016).


Planque ton trombone

Photo © Ernesto Timor - Ma rencontre avec la femme tronc

shot: mar 16 | printed: today | pilat (not so far from lyon) | female mystery

La femme tronc qui est si bonne…
Eh ! maman, que m’importent les troncs bonnes ?
Je veux jouer de l’hélicon, pon pon pon pon !

Boby Lapointe
(qu’il est toujours bon de fredonner, et puis ça éclaire le drôle de titre de cette drôle d’image, pour ne pas dire que ça l’illumine…)