Toujours dans le souci de ne pas encombrer les marges des planches quotidiennes, les « légendes » sont regroupées sur cette page. Vous y trouverez les précisions spatio-temporelles que vous êtres en droit d’attendre quand il s’agit de photographie, et aussi des indications sur comment j’ai bien pu en arriver à une telle image… Pour les pointilleux : « photo du jour » peut vouloir dire de la veille, le tout est qu’elle soit contemporaine de mon tirage du mot !

2013/06

1er juin > entêtement. Environs de Paris, la cabane des pécheresses, photo d’avril 2010. Une belle prise, pas de tête, s’en est fallu d’un cheveu.
2 juin > poindre. Bruxelles, les dieux du stade (où sont passés), photo d’octobre 2009. Toutes ces bâches, et le soleil qui claque exactement : je sens le punctum, c’est le bonheur qui point !
3 juin > fantasia. Vénissieux, Minguettes’ follies, photo du jour.
4 juin > logomachie. Environs de Lyon, je ne demande pas la parole, photo du jour.
5 juin > rejouer. Vénissieux, si Dusseldorf m’était conté, photo de la veille. Rejouer est parfois réjouir, parfois pas, chez Robert il s’en faut juste d’une ligne.
6 juin > dominer. Lyon, Barbie philosophe, photo du jour. C’est toujours un peu casse-gueule de prétendre dominer. Il y a beaucoup de vide en dessous.





2013/05

1er mai > protection. Picardie, que fait la police, photo de novembre 2006. Surprotégé et surveillé sont dans un fourgon. Surprotégé tombe par la portière…
2 mai > donc. Ile-de-France, le défilé, photo de mai 2010. Pas facile.
3 mai > commentaire. Expérience du moment.
4 mai > heu. Lyon, juste un doute, photo du jour. Il n’y a bien que mon miroir de net.
5 mai > amnésie. Ile-de-France, effeuillage mural, photo d’avril 2010. Eloge du trou de mémoire.
6 mai > parvenu. Bruxelles, je ne fais que passer, photo de juillet 2005. Ne connaissant pas plus la mariée que le marié, je ne me permettrai aucune insinuation à leur sujet. Ils sont juste parvenus… en haut des marches de la plus belle église, et mazette ils ont l’air contents de leur coup ! Bref j’ai plus de matière à la catégorie lose et terrains vagues !
7 mai > complexe. Lyon, ma pomme (le retour), photo du jour. Fruité mais un peu pathétique. On sent le vécu.
8 mai > main. Ile-de-France, le beau jardinier, photo de juin 2010. Sur un sujet quasi-divin, pas facile d’échapper à l’académisme ! Au moins j’ai fui ma facilité première, toutes ces mains de femme en lieu et place de visages, de figures… j’en ai de pleines caisses, mon Dieu…
9 mai > nuit. vide du soir.
10 mai > dent. Montréal, photo de décembre 2000. Remise à jour d’une des toutes premières photos numériques de ma vie, comme une dent de sagesse qu’aurait pas poussé…
11 mai > métamorphose. Ouest lyonnais, crèche d’abeilles solitaires, photo du jour. Larve nymphe et imago… il y a aussi mon regard qui s’est métamorphosé aujourd’hui, grâce à mon guide agriculteur raisonné mais déraisonnable, en tous cas insectophile !
12 mai > regret. Saint-Etienne, danse de salon, photos d’août 2012. Et je suis au regret, la la la la…
13 mai > terre-plein. Environs de Lyon, légende urbaine, photo du jour. C’est si terriblement reposant, quand chaque chose semble à sa place. Il est où mon nom ?!
14 mai > parodie. Lyon, life is peanuts, photo de septembre 2011. Un moment je me suis demandé si la moitié de mes photos ne feraient pas l’affaire. J’ai eu un peu peur en fait, me suis fait un film pour me détendre…
15 mai > rencard. Bruxelles, cours du soir, photo d’octobre 2009.
16 mai > débit. Sud-Ouest, image pieuse, photo de septembre 2007. Petit débit n’empêche pas grande soif…
17 mai > graphisme. Environs de Paris, perte de connaissance avec motif, photo du jour. De quoi mon graphisme est-il donc fait ? de chaud et de froid, de femmes et de métal, de rouge et de noir, de rigueur et de fioritures, d’élégance et de mauvais goût ? Ouais, c’est juste un moment compliqué à passer…
18 mai > boute-en-train. Environs de Paris, mdr à Villejuif, photo du jour. Il est question que je travaille à un roman-photo jeunesse. Rien que d’y penser, ça me met dans une joie communicative.
19 mai > nerf. Paris, limite à la maison rouge, photo du jour. Crise de nerfs version souriante. C’est pas un jour pour faire un drame.
20 mai > ébréché. Environs de Paris, teatime, photo du jour. Il s’agit d’être subtil jusque dans la casse.
21 mai > gentilhomme. Environs de Paris, salut à toi Riquet-à-la-houppe, photo du jour. Veuillez excuser la désuétude de mes pensées.
22 mai > soupirer. Paris, jardin des Plantes, photo de la semaine. Un printemps qui fait flic-flaque.
23 mai > trône. Creuse, cabinet de curiosités, photo de mars 2013. Heureusement qu’il reste quelques scatos traditionalistes…
24 mai > frustration. Environs de Paris, conversation binaire, photo de novembre 2011. No comment (ça aussi c’est frustrant, hein ?).
25 mai > être. Lyon, le point de vue de ma fenêtre, photo du jour. Pas le moindre petit crâne à contempler au creux de ma main, j’ai le regard qui erre tristement en mal d’inspiration à la hauteur d’une telle immensité : miraculeuse déchirure dans les  nuages, émission lunaire en direct, sagesse de loup-garou !
26 mai > pré-raphaélite. Environs de Paris, fried cactus, photo de novembre 2009. Donnez-moi de bons ingrédients et je vous réchauffe la recette de votre choix !
27 mai > sujet. Bruxelles, redresse-toi, photo d’octobre 2009. Personnellement, je n’aime pas bien les gros sujets.
28 mai > mission. Jura, l’amour t’a faussé compagnie, photo de juin 2007. « Quelle est la mission ? » j’ai envie de dire.
29 mai > travail. Pirouette du jour.
30 mai > dessoûler. Paris, ad honores, photo de mai 2013. On ne m’y reprendra plus…
31 mai > coupure. Environs de Paris, videopanic, photo de septembre 2009. Ma coupure de courant semble vouloir s’infecter.




2013/04

1er avril > structuré. Rungis, le rapatriement des thons, photo de juin 2009. Aujourd’hui j’ai failli de peu faillir à mon devoir quotidien, mon outillage logiciel s’étant quelque peu mutiné. Sans blague.
2 avril > avant. Lyon, le camion frigorifique, photo de décembre 2012.
3 avril > étreindre. Lyon, argilia virga, photo de février 2013. Mais pourquoi ne pas avoir le réflexe simple et naturel de coller ici une photo d’une étreinte (à deux) pleine d’allégresse ? C’est qu’un tel sujet ne court pas les allées de ma photothèque et vous parlez d’une prise de vue à improviser là vite fait… Et quand bien même : rien ne vaut (à l’image) l’étrangeté solitaire…
4 avril > spinal. Lyon, cours de maintien, photo de janvier 2013. Tout ça ne nous rajeunit pas.
5 avril > triage. Lyon, cité internationale, photo de décembre 2010. Sauve-qui-peut, tous au point G !
6 avril > rescousse. Lyon, Bartholdi follies, photo de décembre 2010. J’accours, je suis là, je réponds à l’appel… quoique un peu en retard, comme la cavalerie…
7 avril > ingrat. Lyon, Pâques à la Tête d’Or, photo de février 2013. Vous ne rêvez pas. C’est une suite familiale.
8 avril > décapsuleur. Pirouette du jour.
9 avril > dommage. Lyon, Nekko needs electricity, photo d’octobre 2011. C’est dérangeant, c’est ambigu, c’est un genre de beau dommage avec intérêt.
10 avril > boulimie. Lyon, figuration gloutonne, photo de juillet 2012. Laisse m’en un peu…
11 avril > circonspection. Jura, l’affaire du battement d’ailes, photo de juin 2007. Gare à l’erreur d’aiguillage.
12 avril > terme. Lyon, le beau cul-de-sac, photo de mai 2011.
13 avril > restauration. Lyon, factice félin, photo du jour. Face à cet hallucinant trompe-l’œil en 3D, je n’ai pu m’empêcher de penser aux plats factices en vitrine des restaurants asiatiques. Malaxe a fait le reste…
14 avril > résurgence. Environs de Lyon, les eaux louches, photo de juillet 2012.
15 avril > liseuse. Lyon, lectures locales, photo du jour.
16 avril > bedonnant. Lyon, miroir informant, photo du jour.
17 avril > langue. Lyon, point barre, pirouette du lendemain. Le mot ne m’a pas porté chance : la langue je l’ai tirée jusqu’à plus soif, jusqu’à point d’heure, jusqu’à être si minable que ça ne vaut pas même une photo du lendemain.
18 avril > enticher (s’). Paris, radioscopie, photo de février 2012. Comment ne pas.
19 avril > sinécure. Lyon, Luc : l’enchantement simple, photo du jour. Ça peut arriver…
20 avril > histoire. Lyon, azerty climax, photo de mars 2013. Le problème avec les bombes.
21 avril > staff. Lyon, le rendez-vous extérieur, photo de février 2013. Variation chagrin sur l’esprit d’équipe.
22 avril > épenthèse. Montreuil, migration in progress, photo de septembre 2011. Ouvrez donc un dico, merdre ! Le mot n’est pas plus complexe ni absurde que l’image et, miracle, ils ne vont pas si mal ensemble…
23 avril > cerveau. Montreuil, cachotteries, photo d’octobre 2008. As-tu du cœur ?!
24 avril > pliure. Lyon, une histoire pliée, photo du jour.
25 avril > amphibologie. Près de Paris, my camera is my favourite toy, avril 2005. Voyez comme j’ai dû remonter loin dans mes négatifs pour retrouver un ton si désinvolte, si positif, si équivoque…
26 avril > expérience. Lyon, aurore au marché-gare, photo du jour. Pour faire honneur à ce mot si plein de tiroirs et de valises, il n’y a qu’à se pencher au-dessus des clôtures, pour vous/m’offrir un de ces paysages urbains qui me font tant voyager, allez savoir pourquoi.
27 avril > station-service. Franche-Comté, Total recall, photo de mai 2007. Le coup de la panne revisité.
28 avril > autocopie. Lyon, chez le photographe, janvier 2011. Toute vitrine de photographe me met mal à l’aise, même si elle atteste que l’espèce n’est pas encore tout à fait disparue. Mais là pour une fois, autre chose à voir que des mariés et des bébés encadrés : de la lumière et des signes, une belle boucle de photons se met en place…
29 avril > torve. Ile-de-France, le hangar infernal, photo de mars 2013.
30 avril > semé. Lyon, parc de la Tête d’Or, photo de mars 2013. Ainsi coule la vie de la dame au camélia…




2013/03

1er mars > revacciner. Lyon, serre de Madagascar, photo d’hier. Qui trop s’y frotte s’y trop pique. Bien faire ses rappels.
2 mars > bluejean. Ile-de-France, le joujou orange, juillet 2008. Cette deuxième peau qui se forma dans les seventies, il n’est pas temps d’y renoncer.
3 mars > écluse. Paris, surprise, janvier 2013. Qui prétend que la paix niche ?…
4 mars > goûteur. Creuse, rien ne se perd, septembre 2012. Au-delà du bien et du mal, de l’enchantement et du cauchemar, il y a l’entassement superbe d’un débarras parti pour engloutir son village d’accueil, tant l’indicible et l’injetable y prolifèrent. Rayon conserves, les bocaux pleins s’y vendent plus cher que les vides, c’est là tout le piquant…
5 mars > ravauder. Lyon, mordue, janvier 2013. Ravauder ça ne se fait plus, repriser c’est petit, reprendre… faut voir, si ça déchire tout…
6 mars > amuïr (s’). Lyon, cuir(e), février 2013. Petites variations innocentes sur l’e muet.
7 mars > merveilleux. Hauterives, à l’est de l’idéal, décembre 2012. Le merveilleux concrétisé (attention, régal à base de Cheval).
8 mars > mea-culpa. Lyon, oh mon dew, photos de la semaine.
9 mars > antifongique. Lyon, vous êtes nombreux dehors ?, photo de février 2013.
10 mars > tas. Lyon, le gisement, janvier 2013. Splendeur et misère de l’or blanc.
11 mars > contraire. Lyon, Gordon remet le couvert, photo du jour. Bien au contraire.
12 mars > tension. Provence, retiens la nuit, juillet 2012. Trop de tension tue l’attention.
13 mars > cubiste. Lyon, Fourvière en 3D, photo du jour. Je vois venir d’ici les querelles de chapelle : « ce n’est pas ça le vrai cubisme ! », à quoi je répondrai que ce n’est pas non plus du vrai paysage ni même de la vraie Vierge, tout est un peu frelaté dans ce plan libanais…
14 mars > quolibet. Montreuil, Little miss Sunless ne fait pas semblant, octobre 2008. Après avoir tourné autour de la représentation souffreteuse et m’être surpris à lorgner vers l’autoportrait en enfant pathétique, prompt rétablissement en repensant à ce remarquable dispositif anti-quolibet porté à même la peau…
15 mars > déficient. Quand il n’y a plus rien, il me reste mes standards punk.
16 mars > tête. Environs de Paris, vous faites quoi dans la vie ?, décembre 2008.
17 mars > mondovision. Environs de Paris, la fin du monde en direct, janvier 2010. Redécouverte d’une refusée créée pour un projet d’affiche, sa cousine plus dynamique lui étant passée devant. J’aime bien son air buté, à celle-là. Et puis son look vintage est bien synchro avec ce mot futuriste déjà terriblement vieilli. Le mondo ne fait déjà plus rêver, mais pourquoi donc ?
18 mars > sous-exposer. Les Lilas, breakdance, février 2008. Redécouverte d’une image toujours vibrante, délaissée pour cause de contraste exagéré, de sombritude (optique et morale) exagérée, de décor exagérément compliqué quand une vitre éclaboussée de lumière aurait suffi… Injustement délaissée sans doute. Réexposée ce jour.
19 mars > normographe. Montreuil, bille en tête, pirouette du jour.
20 mars > rémunérateur. Yvelines, candide nocturne, photo du jour. Il est beau de découvrir qu’un tel mot ne parle pas que d’oseille, et que les esprits mal tournés peuvent aller carrer ailleurs leur  » C’est combien ? ». Rémunérateur est initialement le geste divin qui récompense la vertu, méditez cela, et sachez voir l’or dans le caniveau…
21 mars > cardiotonique. Paris, quel étage ?, novembre 2008. Le Petit Robert peut bien se déguiser en Vidal, ça ne m’empêchera pas de faire le malin.
22 mars > comportement. Lyon, zoo de la Tête d’Or, février 2013. Leurre bleu : soyez sages !
23 mars > parme. Montreuil, variation améthyste, septembre 2005. La couleur incarnée, même.
24 mars > ravissement. Montreuil, jolie loque, février 2010. Même si c’est aujourd’hui même à Lyon que la première fleur rose a jailli dans le paysage, je puise dans du souvenir un peu plus ancien pour vous dire cette joie simple : et ces palissages avec d’étranges liens de tissu ne font qu’ajouter au ravissement des sens, en même temps qu’ils fraient une autre voie à d’autres sens. Alors, ravi(e) ?
25 mars > relâche. Saint-Etienne, août 2012. Quand le vocabulaire du théâtre rejoint celui de la marine, tout va, on se détend.
26 mars > sec. Tarare, finis ton terroir, photo du jour. Mi-sec est le fromage, sec est le saucisson, sec soit le Jésus, sec sera le pain si tu ne te dépêches pas, secs devront rester tes yeux en toutes circonstances…
27 mars > jacassement. Creuse, adieu l’emplumé, photo du jour. Certes ceci n’a sans doute jamais été une pie d’autant plus que ce fut un geai, ce n’est pas à un vieux renard que vous apprendrez ces choses-là. N’empêche que les deux jacassent tout pareil. Enjoy the silence…
28 mars > tableau. Paris, l’air pur des cimaises, photo de septembre 2010 (inédite de la séquence Le soleil qu’on fait prisonnier, avec Kitsune). Tout vrai tableau est vivant, ne m’en voulez pas si j’emploie les grands moyens pour le rappeler.
29 mars > convergent. Creuse, la route enjolivée, photo de la semaine.
30 mars > engloutir. Paris, Ophélie swallows, photo de janvier 2010. Cela valait bien une Limite nous regarde nouvelle. Comprend qui peut…
31 mars > tendreté. Hauterives, le facteur cerf, décembre 2012. C’est alors que l’agneau pascal sort du bois, à moins que ce ne soit l’inverse.



2013/02

1er février > stylisticien. Paris, janvier 2013. Un mois déjà de Malaxe, un mois de quatre à quatre à tue-tête, un mois d’essouflement à certains palliers, un mois en cage, un mois à faire des manières des politesses des talonnades et des œillades, un mois de voisinage tendu avec moi-même, un mois à douter peu à peu de l’existence des voisins, un mois sans entorse, un mois de même pas peur, un mois avec beaucoup de style, un mois avec aucune classe, un mois long comme un jour sans pain, un mois sur deux doigts, un mois d’esprit d’escalier…
2 février > archée. Limoges, janvier 2013. Se laisser caresser par le mot, sans lui arracher trop vite son mystère. Relever de quelques divagations verbales, accompagner d’une petite image moelleuse et désaltérante…
3 février > stellaire. Luberon, juillet 2012. Sous la poussière des étoiles mortes exactement.
4 février > corail. Nuance du jour. Désolé…
5 février > baliverner. Lyon, photo du jour. Merci à Maud, Héloïse et Karine de m’avoir offert ce joli chœur de balivernes !
6 février > torrent. Lyon, photo d’août 2011. Une bonne pente en ville combine, par temps d’orage, les débordements torrentiels de la nature et l’incongruité du passant fier et trempé.
7 février > abdicataire. Lyon, photo et mots du jour. Ni fleurs, ni légende.
8 février > postdater. Limoges, janvier 2013. Tiens j’ai failli écrire une lettre, postdatée comme de bien entendu. Et puis j’ai pris cette tangente plus épidermique…
9 février > à bout de souffle. Lyon, août 2012. Une interprétation qui, en toute modestie, se voudrait plus godardienne que pneumologique, je m’applique à voir plus loin que le bout de mon nez.
10 février > kimono. Lyon, Natsuki à la Tête d’Or, juin 2012. Le lot de consolation est parfois mieux que le premier prix. De la soie du kimono, vous aurez donc le parfum et l’esprit plus qu’une photo de tissu de contrefaçon…
11 février > levretteur. Paris, novembre 2008. Une fois que la main innocente a tiré le mot à double fond, il est trop tard pour reculer, la chair est triste hélas et j’ai bientôt lu tout le dictionnaire…
12 février > n’y voir que du bleu. Saint-Etienne, août 2012. On voit bien ce qu’on veut, je dis ça, je dis rien.
13 février > sérotonine. Environs de Paris, sous-sol d’hôpital, juin 2007. Lucy in the Sous-sol with Diamonds…
14 février > inadvertance. Lyon, Géraldine s’oublie, janvier 2013. Non-mais-tu-le-fais-exprès ? Oui.
15 février > coloc. Lyon, la Croix Rousse par les fenêtres, septembre 2010. To be or not to be (in the right place).
16 février > identification. Lyon, une autre Géraldine se rencontre, juin 2012. Une oubliée de ma séquence Moonchild qui joue à la fois sur un peu tous les tableaux de ce mot crucial, qui met face à soi (à moins que ce soit face aux autorités).
17 février > nemrod. Lyon, quartier de la Duchère, février 2013. Pour moi un Nemrod c’était jusqu’à ce jour un nom mystérieux de bar comme on en trouve dans les coins les pires. Mais non, c’est donc en premier lieu un massacreur fanatique, un recordman du tableau de chasse. Drôle d’endroit pour une rencontre…
18 février > meurtrir. Vers Grenoble, game over, septembre 2010. On ne peut pas rigoler tous les jours, hein.
19 février > saponacé. Montreuil, les années savonneuses, août 2004. En marge de Vilaine, livret d’un soir, introuvable comme il se doit…
20 février > mal-égal. Limoges, janvier 2013. Pour la vie moderne, vous repasserez, aujourd’hui c’est soirée âge de fer.
21 février > cultivé, ée. Bagnolet, juin 2006. C’est une époque où je savais spécialement peu éclaircir mes pousses photographiques : le fruit de mes récoltes officielles d’alors n’a pas trop bien vieilli, alors qu’il me reste le souvenir fort de moment accidentels n’ayant alors donné lieu à aucune sélection d’images, et où je trouve à présent mon bonheur avec un effarant retardement.
22 février > lapin. Lyon, bunny girls on the way to college, décembre 2012. Lapin, c’est un signe (pas juste un rongeur).
23 février > carnation. Lyon, photo du jour. Lorsque la peau paraît, pause dans la pose, rien qu’une petite.
24 février > méticuleusement. Bagnolet, Viva Zappa !, juin 2006.
25 février > nihilisme. Lyon, les dessous de Bellevue, photo de la semaine. Le genre de lieu pas fini dont je suis fanatiquement adepte, on a le choix d’y percevoir un vide sacré ou d’y entendre ricocher les rires de fantomatiques bacchanales, tandis que se lézardent les soubassements de tout…
26 février > inaccepté, ée. Essonne, en lisière d’Anna, décembre 2008. Et moi, suis-je acceptable ?
27 février > ontal. Lyon Croix Rousse, point de vue à la sanguine, photo du jour. Le mot m’était inconnu, il ne sonne pas facile, et pourtant j’y ai plongé comme dans une chevelure orangée…
28 février > arrière-grands-parents. Lyon, parc de la Tête d’or, photo du jour. Mes limites familiales me regardent. Et là, dès potron-minet, une heureuse rencontre me rappelle que je (re)viens de très loin, ah oui quand même.




2013/01

1er janvier > jour de l’An. Paris, mars 2009. Au-delà du réel difficile, du quotidien qui parfois use, l’envie éclate qu’en 2013 au moins chaque jour compte. Pour ces vœux, pas pieux, pas de peu : figure de proue, et vogue Malaxe !
2 janvier > superpouvoir. Lyon, mai 2012. Rescapée d’un lot de refusées, cette image enfin me parle (n’avais-je remarqué que j’y figurais ?) : de rebattre les cartes, de jouer mon Joker.
3 janvier > cheval de Troie. Croix Rousse, juin 2012. A la métaphore guerrière, aux codes de geek aussi, je préférerai toujours ce danger-là.
4 janvier > aiglette. Val d’Oise, au Domaine, décembre 2009. Signe héraldique, l’aiglette m’oriente inconsciemment vers des oiselles du passé… ou de fantasme : redécouverte d’image cellulaire, timide retour de flamme pour une écriture longtemps en friche.
5 janvier > lis (ou lys). Lyon, inside Petit Robert, photo du jour. Quatre pistes de prises de vue de toutes sortes dont aucune n’aboutira, autant de malchance en un seul jour est un signe à accepter sans moufeter, retour à la case dictionnaire !
6 janvier > glorifier. Lyon, Aurelia peinte par Anouck, photo du jour. Je m’aventure loin de mes habitudes et de mes certitudes, en commandant cette éphémère icône crypto-mystique, et j’ai la chance de trouver deux complices qui elles-mêmes se dépassent pour cet aimable jeu dominical à la limite du sacré et du profane.
7 janvier > phonique. Croix Rousse, juin 2012. Zéphyr m’inspire… C’est à retardement que j’en perçois l’écho.
8 janvier > quenelle. Studio d’enregistrement à Villeurbanne, photo du jour. Un mot inespéré quand on vit (et mange) à Lyon ! Trop attendu, même : j’ai préféré en profiter pour vous parler d’une autre spécialité locale homonyme. Ce qui m’a bousculé pour contacter in petto Guillaume Ducongé de Radio Quenelle, à qui je voulais depuis longtemps proposer une pose pour Mon lieu secret. Le sémillant animateur s’est révélé agréablement joueur !
9 janvier > intervalle. Sanatorium abandonné aux environs de Grenoble, septembre 2010. Pour une première sortie photographique depuis mon installation en Rhône-Alpes, ce fut un choc mental et esthétique, ce paquebot de béton ouvert à tous vents étant très haut placé sur l’échelle de la poésie de la désolation. Intervalles immédiats de l’architecture années 70 à son apogée, intervalles d’ombre et lumière qui me strient la vue et la vie.
10 janvier > buse. Lyon, Audubon’s Birds, photo du jour. Pas d’escapade ornitho pour Miss Blandish ni pour moi-même, où ai-je pu ranger l’album de timbres du petit (il y avait une buse en francs là-dedans, je la revois !) ou sinon… oui bien sûr en fouillant ma bibliothèque ce cadeau déjà ancien de reproductions des sublimes oiseaux baroques d’Audubon. Cette buse-là est à queue rousse (joli !), son blase anglais n’est pas mal non plus : black warrior…
11 janvier > contrayerva. Faites donner la botanique : reproduction d’une planche de la Chambers’s Encyclopedia de 1875. Pas le temps d’aller au Venezuela toucher pour de vrai cette herbe indiquée contre venins et tourmentes. Et puis c’en est une qu’on ne gagne pas spécialement à avoir en photo, alors que cette coupe dessinée ouvre l’imaginaire, et que son simple nom me parle aux racines : me voici parti à ânonner fiévreusement mes dernières volontés…
12 janvier > tourner les talons. Lyon, juin 2012. De cette série encore inédite de l’honorable Natsuki dans mes combles, j’ai extrait cette volte-face en deux temps plein de mouvements. Quitte à tourner ses pas vers ailleurs, autant le faire en beauté…
13 janvier > poétiser. Lyon, Clem et Supasam, photo du jour. Comment dire l’immontrable, comment montrer l’indicible, comment résister à l’éblouissement…
14 janvier > vacillant. Près de Paris, Candice, février 2011. Vacillantes sont mes icônes. Comment en serait-il autrement pour des filles du feu ?
15 janvier > récolter. Val d’Oise, au Domaine, Isabel, août 2004. Est-ce qu’on récolte ce qu’on mérite ? Est-ce que le goût des reines des reinettes est le même chaque année ? Est-ce que j’ai la notion du temps ? Faut-il se réjouir ou s’affliger que Malaxe ait pris ces jours-ci un faux air de L’homme qui aimait les femmes ?
16 janvier > auditeur. Lyon, photo du jour. Je n’allais pas encore parler de radio ! Micro-trottoir un peu spécial, à écouter autant qu’à regarder, une aube en bord de Rhône : c’est la ouate…
17 janvier > inadmissible. Néant du jour. N’allez pas au 17e jour me traiter de tire-au-flanc : en dépit des apparences, ceci n’est pas une copie blanche, ce n’est pas même un nouveau carré blanc sur fond blanc, c’est rien, ni plus ni moins. (Et plus d’une photo indignée m’a tenté avant d’en arriver là, mais vous vous l’auriez admise…)
18 janvier > cryptozoologue. Seine-Saint-Denis, photo du jour. Notre besoin de cavales est aussi grand que celui de sciences inexactes…
19 janvier > myrrhe. Paris, photo du jour. Sur le balcon de mon « hôtel » parisien, une soucoupe volante, pour ne pas dire une station orbitale, me nargue d’un bout du jour à l’autre, son mystère décuplé par sa calotte neigeuse. Il m’a fallu longtemps pour comprendre que je détenais là la clé de cet autre mystère, comment évoquer cette puissante myrrhe venue de lointaines contrées et d’autres âges nous faire sentir calme et volupté.
20 janvier > masculinité. Paris, Isabel, photo du jour. Rien ne va plus au royaume de Suède, il neige sans discontinuer, j’ai chaussé des lunettes roses, ose un portrait comme un miroir joliment déformant, le temps d’1/125e je ne m’appartiens plus.
21 janvier > agencement. Paris, Goutte d’Or, photo de la semaine. La cage d’escalier du beau Serge, cauchemar d’effritement et de branle immobilier du point de vue des habitants, est cependant un régal pour mes yeux : à eux rien ne plaît tant que ces rafistolages absurdes, ces velléités désespérées de mise à l’abri, cette poésie fortuite du provisoire et de la fissure généralisée.
22 janvier > blanchiment. Environs de Paris, photo de la veille. Blanche comme neige fut cette réflexion.
23 janvier > sapin. Limoges, photo du jour. Juste avant que mon sapin ne se transforme en citrouille, ce pudique extrait de rencontre miraculeuse au jardin botanique !
24 janvier > noyau. Limoges, jubé de la cathédrale, photo du jour. Heureux les organistes ! Eux seuls seront admis là-haut, il leur suffira de se vriller au noyau de pierre…
25 janvier > contre-alizé. Vers Périgueux, atelier de la compagnie le Chat Perplexe, photo du jour. Dans mon état de fièvre (premier degré), je pouvais prétendre à un arrêt de Malaxe, ou photographier mon flacon de Maxilase. Eh non, petite pirouette spectaculaire…
26 janvier > célébrissime. Limoges, générale de Pseudo par la Cie des Indiscrets, photo de la semaine. Même mot du médecin, même incapacité à sortit faire de l’image neuve… même régal à découvrir une synchronicité possible avec mon travail photo tout frais autour d’une (autre) belle création théâtrale. Pour la peine je n’ai pas même récusé ce néologisme farci de superlatif, sur lequel on est en droit de s’interroger…
27 janvier > excédentaire. Vers Périgueux, autoportrait, photo de la semaine. 39°9 le matin, pas moyen de faire la fraîche prise de vue saugrenue prévue, je me replie sur ce terrifiant autoportrait crépusculaire d’il ya 3 jours, parfaitement raccord avec mon état actuel de dédoublement cotonneux et mon sentiment d’être de trop dans le monde des vivants…
28 janvier > micromanipuler. Lyon, la mode selon Mahé, photo du jour. Je ne suis pas allé jusqu’au microscope électronique, je sais c’est un peu triché (mais j’aime quand même mieux les corps subtils que les nano-particules !).
29 janvier > chahut. Création typo du jour. Tenez-vous le pour dit.
30 janvier > âne sauvage du Tibet. Limoges, générale de Pseudo par la Cie des Indiscrets, photo de la semaine. C’est une chance inespérée, c’est rassurant surtout, de pouvoir nommer certaines apparitions…
31 janvier > vulcanologie. Lyon, autoportrait, photo du jour. La vulcanologie est l’art de travailler le caoutchouc, c’est ce qu’on apprend tout petit déjà en lisant les les tubes de dissolution et autres rustines… Mais on peut aussi voir des petits volcans partout…