« Beaucoup plus loin que notre mémoire »

Photo © Ernesto Timor

shot: aug 07 | printed: today | dark edge | outskirts of paris

« Sans doute parce que quelque chose avait été coupé et non rétabli, je ne ressentais aucune douleur. Je ne m’en plaindrai pas. Je ne reprocherai pas non plus au destin d’avoir placé à quelques centimètres de moi le visage de Maria Samarkande. Maria me regardait, les yeux grands ouverts, tout ahurie de sang et d’incrédulité, toute belle.
Le silence était revenu, ou peut-être m’avait-on privé de l’ouïe en même temps que du toucher et de la sensibilité à la souffrance. Mais peu importe. Le silence était dense, magmatique, déjà immensément fort. L’épave où on nous avait enchâssés ne flambait pas, ne bougeait plus. Maria et moi nous nous scrutions tranquillement.
J’avais peur de m’éteindre sans avoir rassuré Maria, et je dis :
— Tu te souviens des gens qui dansaient la nuit sous les arbres, à Pékin ? »

Antoine Volodine, Vue sur l’ossuaire

Des échos majeurs

Photo © Ernesto Timor

shot: aug 08 | printed: today | only those i love, only those i love, listen | belgium

« Les liens qui l’attachaient au poteau d’exécution avaient pourri et Will Scheidmann en éprouvait la résistance à certains moments, disons quand il venait de terminer la diction d’un narrat étrange, ou quand la température de l’air, la nuit, basculait en dessous de zéro et, un jour, des nœuds finirent par mollir et, derrière ses reins, subitement, tout craqua.
Les vieilles l’avaient en ligne de mire, comme toujours depuis deux ans, depuis la fusillade ratée. Elles étaient allongées près des yourtes et elles le visaient. Laetitia Scheidmann plissa la fente ridée de ses yeux et, tout en épaulant sa carabine, elle cria que les attaches s’étaient rompues autour de Scheidmann. Tout le monde s’agita. Solange Bud releva son arme de façon hostile mais, pas plus qu’avant, les vieilles n’ouvraient le feu.

Lire la suite