Y a-t-il une vie après les prolongations ?

Photo © Ernesto Timor - Espace nu

shot: sept 10 | reprinted: today | paris | the empty project

Le joli mois de mai n’est plus, et avec lui s’achève mon expo (prolongée) à La Méduze. De quoi se sentir un peu vide et désemparé, quand on a quelque souci avec l’impermanence, d’où cette image en forme de lot de consolation symbolique, sans doute. Pour regarder vers l’avenir, Mes champs visuels s’exposeront sans doute encore, flanqués de la projection-concert expérimentée avec bonheur grâce à mon comparse Jeff Duschek autour de Pour que tu ne perdes pas le fil. Toute proposition d’accueil de tout ou partie de ce projet sera étudiée avec la plus grande attention, n’hésitez pas à faire signe, si vous êtes organisateur-trice ou connaissez quelqu’un qui… ;-)

Chroniques terriennes (extrait)

Photo © Ernesto Timor - Avalanche

shot: june 16 | printed: today | lyon | sister earth

Evidemment, il y a un avant et un après cette photo (surtout un avant, là ça sent carrément la fin). Si tout suit son cours, un bref film photographique verra le jour prochainement, Dans la chambre petite. L’image n’attend plus que sa musique. Sinon le temps restera suspendu, une fois encore…

La Mariée mise à nu par ses célibataires, même

Photo © Ernesto Timor - La fiancée de l'homme de fer

shot: apr 16 | printed: today | lyon | iron man’s bride

Le titre est bien sûr celui d’un chef d’œuvre de Marcel Duchamp. L’association d’idées s’est imposée à plus d’un titre, mais je ne vais quand même pas vous faire un dessin, en plus d’une série de pas moins de 5 (cinq) photographies et de la transmutation d’un cher encombrant en readymade !

Plein vos mirettes

Photo © Ernesto Timor

shot: sept 15 | printed: today | not so far from lyon | watch me now


Mesdames, mesdemoiselles messieurs.
J’attire votre attention sur deux petites actualités (sans gravité aucune, et purement internes au Timor) en ce mois de décembre…


Ernesto Timor en deux clins d’œil
La section galerie-portfolio compacte vient d’être augmentée d’un tome 2, 36 images prises de 2011 à 2015.
Si vous avez loupé l’info sur la page d’accueil, voici un lien direct pour vite réparer ça…


Un peu d’art et d’amour pour pas cher
On ne peut pas dire que j’insiste souvent sur le fait que mes photos sont disponibles à la vente. Il faut faire l’effort de repérer une photo, me consulter sur sa disponibilité, les formats, les tarifs… et il n’y a même pas de picto de petit panier où que ce soit, bref c’est horriblement compliqué et bien peu commercial.
Alors ne ratez pas cette offre toute spéciale de fin d’année : toutes les images de la galerie-portfolio compacte mentionnée ci-dessus (volume 1 et volume 2) sont proposées au prix exceptionnel de 99 € le 30 x 45. Tirages sur papier argentique, livrés en point relais à côté de chez vous directement par le labo en emballage soigné (tube + carton) — je vous adresse en pli séparé le certificat numéroté et signé. C’est pas même la moitié de mon tarif habituel, c’est donc à saisir, en m’écrivant via la page de contact d’ici le 31 décembre 2015 (paiement possible par chèque ou via PayPal). Et joyeux Noël… ;-)


État des lieux (Un livret de la collection Les Bavardes)

Photo © Ernesto Timor

shot: may 09 | reprinted: today | paris | notepad (series)

État des lieux [Notepad], parut en 2009  dans les Parcours en marge, collection alors vécue comme side-project des Limites nous regardent. D’autant que Céline L., son héroïne, avait prêté sa voix talentueuse aux lectures associées à la présentation de ces Limites.

Mais ici nulle voix, et si la séquence est finalement intégrée aux Bavardes, c’est un peu par malice.

Un déménagement est l’occasion d’un état des lieux intime, la partante revit des moments clés de sa vie dans ces murs, elle en écrit dans sa chair les traces qu’elle seule sait déchiffrer. Telle est l’histoire vraie de cette prise de vue.

Pour plus de fiction, on se reportera au post qui annonçait la sortie de la séquence, avec copieux extrait d’Antoine Volodine, savoureux développement post-exotique sur les messages cryptés, qui n’est pas sans lien…

 

 

Lire la suite

Trois petits tours (Un livret de la collection Parcours en marge)

Photo © Ernesto Timor

shot: dec 09 | reprinted: today | near paris | 3-steps magic [series]

Trois petits tours [3-Steps Magic] est une séquence en grande partie inédite, même si les photos datent de fin 2009. L’une d’elle est une image phare des Limites nous regardent, au point qu’elle a un peu écrasé ses collègues ; mais à la réflexion, la publication d’une véritable séquence s’impose, composée de trois mouvements, comme toute bonne magie… Mercis renouvelés à l’écarlate Jackie (aux costumes et à la performance dansée).
Lire la suite

Les inventions oubliées :
aujourd’hui, l’inconvenance pour les nuls

Photo © Ernesto Timor

shot: june 15 | printed: today | lyon | getting nuts

Combat inégal d’une chaise, d’une combinaison blanche et d’une Vénézuélienne : je raconterai forcément l’issue de la bataille, belle et dérisoire, en une séquence un jour où l’autre… en attendant, indiscrétion sur celle-ci qui vient d’éclore…
Sinon je n’aurai pas tenu 2 mois sur le maudit Facebook, où j’avais tenté de refaire bonne figure ces derniers temps — de nouveau, l’ennui chronophage et autres avatars m’a tuer. Remarquez que ça tombe pile poil, car je n’aurais pu y relayer ce post, n’ayant jamais sacrifié à la mode quasi-universellement suivie du désolant f(i)loutage pudibond !

La relecture du paysage

shot: aug 14 | reprinted: today | distant outskirts of lyon | read inside me again

Il y a quelques mois, le post La lecture du paysage m’avait servi à vous toucher deux mots de la parution de Mes champs visuels (cycle #1). Incroyable coïncidence,  la présente Relecture du paysage m’amène à vous parler de la parution de Mes champs visuels (cycle #2) ! La photo ci-dessus en est extraite, à ceci près que dans le livre elle figure en version noir et blanc, pour mieux s’intégrer à ses collègues des autres pages sans faire la maligne…

Photo © Ernesto Timor Il s’agit de vrai livre en papier, tirage limité et soigné, ça va sans dire. Sortie le 30 avril 2015 ! Pour en découvrir davantage et craquer et le commander, voire commander les deux cycles ensemble — ça sent l’offre spéciale —, hop sur Image Latente !





Par ailleurs, Mes champs visuels fait l’objet d’une exposition, toujours en vrai papier mais cette fois à la verticale ! C’est à Liège dans le cadre de l’excellent festival Chic & Cheap du 31 juillet au 16 août. Un petit album de traces de l’expo est à voir sur mon FB (lien accessible à tous).

Et je vous tiendrai informé(e)s si d’autres dates, plus proches dans le temps comme dans l’espace, venaient à se confirmer…

Smoking revisited (Un livret de la collection Les Bavardes)

© Ernesto Timor (photos) + Sandrine Rotil-Tiefenbach (textes)

shot: jan 05 | reprinted: apr 15 | near paris | smoking revisited [series]

Smoking revisited : le sens de ce titre, c’est une série originelle (photos de 2005) revisitées après 7 ans de réflexion par leur sujet même, la fumeuse au centre de cette histoire ayant au minimum une double vie puisqu’elle est aussi auteure ! La collection Les Bavardes en accueille aujourd’hui une nouvelle édition, augmentée et pour ainsi dire aérée…

Extrait du texte de Sandrine Rotil-Tiefenbach :

tout est faux
faux-semblante
coquille écarquillée
fissurer l’Absolu
tout est vrai

Lire la suite

Indélébile, va

Photo © Ernesto Timor

shot: oct 10 | reprinted: today | near paris | you bitch

 

Qui de cette saillie de Beckett ou de cette fesse tatouée (ceci n’est pas une blague au feutre) fut la première à occuper ma pensée du soir ? En tous cas, ça me plaît de les percher côté à côte, deux savoureuses méchancetés qui s’adoucissent un peu l’une l’autre, au final…

Il se fit dans leurs idées peu à peu une grande clarté. En furent notamment inondées les notions suivantes :
(…)
10. Contrairement à une opinion répandue, il y a des endroits dans la nature d’où Dieu paraît absent.
11. Que ferions-nous sans les femmes ? Nous prendrions un autre pli.
12. Âme a trois lettres et une ou une et demie et même jusqu’à deux syllabes.
13. Que peut-on dire sur la vie que l’on n’ait pas dit déjà ? Beaucoup de choses. Qu’elle vise mal du cul, par exemple.

Mercier et Camier, Samuel Beckett.