Irregular est mort… vive Irregular !

Photo © Ernesto Timor - poussin qui miaule

shot: apr 18 | printed: today | lyon | meow

Irregular s’arrête. Etonnant, non ?
Avec le temps, il était devenu sans doute trop regular, en tous cas je vais tenter de retrouver un peu de la fraîcheur de mes intentions premières. Une page blanche plutôt qu’une zone trop étroitement formatée. Parfois j’y poserai une image unique mais plus grande et plus présente, parfois plein de photos, en diaporama ou en ribambelle de souvenirs. L’envie aussi d’écrire davantage, être plus explicite (ces textes seront escamotables ou pas, pour ne pas polluer le champ visuel de ceux qui se méfient des mots…). Pour libérer simplement ce nouveau laboratoire des contraintes du reste du site, il volera de ses propres petites ailes, à cette adresse : On a deux vies ! 

Le reste de ce site n’est pas affecté, les rubriques habituelles proposent les nécessaires présentations ou traces des projets, les portfolios de best of… Quant aux archives d’Irregular, elles demeurent bien sûr accessibles sous leur forme d’origine.

A bientôt, ici ou là !

“Foufous à volonté”

Photo © Ernesto Timor - incohérent

shot: mar 18 | printed: today | lyon | scrutinize in vain

L’Oral et Hardi, chevauchée verbale immense de Jean-Pierre Verheggen, incarnée de langue de maître par Jacques Bonnafé, que je n’ai pas eu la chance d’ouïr en live mais qui se trouve en livre audio, et qui m’a tenu lieu de sieste crapuleuse ces derniers jours. Sur ma photo, coup de loupe sur le livret qui l’accompagne…

Dans la famille Temps-qui-passe…

Photo © Ernesto Timor - Marine en aiguilleuse

shot: jun 07 | printed: today | jura | tick-tock

… est-il encore temps de demander la nièce ? L’oncle étant bien entendu l’horloger de Saint-Paul.
Résurgence remastérisée d’une image icônique millésimée 2007, avec cadran de véritable horloge comtoise de clocher, papillon de rouille et muse d’époque… le délicieux décalage temporel du tout étant probablement imputable au passage à l’heure d’été ! ;-)

Fulgurance au cabinet

Photo © Ernesto Timor - La mannequine

shot: jan 10 | printed: today | distant outskirts of paris | my condom for a horse

Beau sire, il est roi, soyez-en sûr, mais il fut blessé en une bataille et mutilé, de telle sorte qu’il perdit l’usage de ses jambes, c’est un coup de javelot dans les hanches qui l’a mis en cet état. Il en souffre encore, et tellement qu’il ne peut monter à cheval. Quand il veut se distraire, il se fait mettre en une barque et s’en va sur l’eau pêchant à l’hameçon : c’est pourquoi on l’appelle le Roi Pêcheur. Il ne peut supporter aucun autre exercice.

Perceval ou le Conte du Graal, Chrétien de Troyes.

(Photo de cette chimérique mannequine repêchée, comme le texte par association très libre, au fond d’un tiroir de ma mémoire…)