Le point de vue de ma fenêtre
Mais qui fait ça ?

Mais qui fait ça ?

L’auteur du projet : Ernesto Timor

Je suis photographe et graphiste, je vis aujourd’hui à Lyon. Mon travail privilégie l’improvisation, la mécanique optique mise au service et au rythme du sujet, explorant un fil entre la distance respectueuse et le choix de bousculer. Mes sujets de prédilection sont faits de lieux hantés et de figures questionnant leur propre présence, de quotidien vibrant d’inquiétante étrangeté… 

Adepte de la séquence et de la narration avec ou sans paroles, je me tourne souvent vers des restitutions en forme de parcours : accrochages in situ, labyrinthes web, rencontre avec le livre ou révélation d’un hors champ sonore. 

Entre le portrait et le décor, le naturel et la pose, le réel sans artifice et l’imaginaire, j’aime choisir la confusion des genres.

Ailleurs sur le web : On a deux vies [site personnel ] et Timor Rocks ! [photo et graphisme réunis, et voilà le travail !]


Expositions présentes et imminentes

Figuration/abstraction, avec le collectif Photographies Rencontres, galerie de la MAPRAA, Lyon (mars 2022).

Quelque chose suit son cours, Festival Présence(s) Photographie, Montélimar (juin 2022), Rencontres photographiques du Trièves (juillet-août 2022).

Expositions récentes

Le point de vue de ma fenêtre, 2021. Projection du work in progress, festival Parlophonies (Grigny, 91). 

C’est ainsi que la rivière n’a pas ravalé sa source, 2021. Conservatoire à rayonnement régional (Créteil, 94).

Le démolisseur sur rendez-vous, et autres métiers rêvés, 2019-2021. Dialogues en humanité (Lyon), Le Polaris (Corbas, 69), Mairie de Guyancourt (78), Rencontres photographiques du Trièves, Photos-dans-Lerpt (42) – Palme du festival).

Le fil de la pierre, 2014-2019. Expo itinérante en médiathèques et centres culturels du Limousin.

Des héroïnes modernes, femmes en logistique, 2017. Portes de l’Isère.

Mes champs visuels, 2015-2017. La Méduze (Lyon), festival Chic & Cheap (Liège).  

Incartades, 2013. Château de Draveil (91), 59 Rivoli (Paris), Espace Albert Camus (Bron, 69).

Mon lieu secret, 2013-2014. Mairie du 1er arrt de Lyon, Résonance à la Biennale 2013 (MJC Monplaisir, Lyon).

Les limites nous regardent, 2008-2013. Le Marque-page (La Norville, 91), CCPL (Briis-sous-forges, 91), Médiathèque de Roanne (42), Société de Curiosités (Paris), L’Antre Autre (Lyon), Balades photographiques de Seyssel (74), Nuits de Pierrevert (04).

Correspondances panoptiques, ateliers avec des détenus de Fleury-Mérogis, 2011. Ville de Ste-Geneviève-des-Bois (91).

 

Collaborations sur de nombreux projets mêlant interventions poétiques dans l’espace public et action culturelle ou éducation artistique, notamment avec les compagnies ou collectivités suivantes… 

En Auvergne-Rhône-Alpes : Blöffique Théâtre, Le Lien Théâtre…

En Ile-de-France : Département de l’Essonne, Grand Paris Sud Est Avenir, ville de Guyancourt, Théâtre Brétigny, Amin Théâtre / le TAG, Théâtre du Menteur…

En Nouvelle Aquitaine : Le Chat Perplexe, Les Indiscrets…

 

Collaboration sonore : Appat203

La restitution de ce projet s’oriente vers ce que j’appellerai de la photographie augmentée. Si livre il y a, le texte y aura sa place, issu des entretiens riches et précieux que m’accordent les participants avant de passer au moment du portrait. Si expo un peu ambitieuse il y a, cette parole se donnera à entendre, dans une construction à inventer, mêlant la singularité de ces confidences à une ambiance sonore et musicale liant l’ensemble du projet. En cas de projection, comme nous avons pu l’expérimenter en cet été 2021 au festival Parlophonies à Grigny, la bande son trouvera naturellement sa place.

Pour expérimenter cette rencontre de l’image et du sonore, je m’associe à des connaissances de longue date, le groupe Appat 203, rencontré au travers de multiples collaborations pour les « oratorios électriques » créés au fil des ans par le Théâtre du Menteur. Nous serons là tous hors de nos sentiers battus et contents d’y être !
Composé de Nicolas Verger et Olivier Métayer, Appat203 aime à se présenter ainsi : Instrumentation Magnétique Provoquant la Réhabilitation de l’Outil. Leur musique relève d’un concept de jeu et non d’un genre musical. Ce concept est la confrontation de deux flux d’improvisation. De l’un émane le rythme et, de l’autre, la mélodie. La musicalité recherchée peut ainsi prendre n’importe quelle forme, naviguer entre les genres et les influences… C’est alors la singularité des sources sonores utilisées, leurs interactions rythmiques et harmoniques ainsi que la particularité de leur traitement qui donnent à ce duo une couleur unique en son genre.

Leur site : soundcloud