Joue ton trombone

Joue ton trombone

PlayPause
Shadow
Slider

Octobre 2008, Rosny-sous-bois. Mona Lisa Klaxon revisited.



… Et dis-toi qu’il n’est pas de plus grand malheur
Que de laisser mourir le rire dans ton cœur…

Jacques Higelin, Un aviateur dans l’ascenseur.

Afficher/masquer le bavardage...
Et voici les débuts de On a deux vies directement plombés par cette bête histoire du grand Jacques qui en a dorénavant zéro, de vie, parce qu’on n’a pas trop de garanties sur ce qui trame là-bas au No Man’s Land. Dans une première version de cet article, façon Irregular, je m’étais limité à une photo douce-amère de maintenant, coulait la mélancolie…
Mais je me suis resaisi, me rappelant que chaque fois que j’ai cité Higelin dans un post, et c’est arrivé un paquet de fois parce que ses chansons ont trotté dans ma tête depuis mon adolescence tout de même, c’était pour de la farce baroque et rock’n’roll, avec une prédilection de toujours pour Mona Lisa Klaxon… Au point d’attribuer ce titre à une séquence réalisée jadis avec une jeune fille, inclassable elle aussi à sa façon, et un mégaphone nommé Klaxon, juré craché. Alors voici, comme pour un enterrement en fanfare, trois moments too much, gais et endeuillés à la fois, comme ça…