Cocher : chat perché

Cocher : chat perché

2011-luciledoua9284-16
2011-luciledoua9316-16
2011-luciledoua9330-16
2011-luciledoua9220-16
2011-luciledoua9229-16
2011-luciledoua9240-16
2011-luciledoua9371-16
2011-luciledoua9337-16
2011-luciledoua9342-16
2011-luciledoua9438-16
2011-luciledoua9402-16
2011-luciledoua9412-16
2011-luciledoua9419-16
2011-luciledoua9390-16
2011-luciledoua9537n-16
previous arrow
next arrow
PlayPause
Shadow

Novembre 2020, Villeurbanne. Quelle case on coche ?

On va t’expulser, ducon, m’a dit Kafka.

Il y avait des années que je n’avais pas touché un ballon et je me retrouvais tout à coup confronté à l’humeur massacrante de Kafka et aux conseils de Tchekhov qui ne servaient à rien.

Tchekhov était milieu défensif, non parce que ce poste de relayeur correspondait à ses capacités, mais parce qu’il voulait être au centre du terrain où il y a plus de gens à qui prodiguer des conseils. Après le coup de sifflet initial, il a crié des choses enflammées que personne n’a comprises. Comme si ce bon à rien parlait russe.

Juan Villoro, “Je suis Fontanarrosa” in Nouvelles du Mexique (éd. Magellan / Courrier International, 2009).

Afficher/masquer le bavardage...
Le projet était depuis longtemps sur le banc de touche, sale année pour lui aussi… Et hop sans prévenir, une petite partie de chat perché, même pas peur, même pas froid aux yeux. Même si je crois savoir laquelle sera l’élue, je donne à voir tout ce qui joue autour, pour le plaisir de pouvoir revenir sur mes pas.

On salue l’esprit sportif et le style unique de Lucie.

L’extrait de texte n’a aucun rapport flagrant avec mes images si ce n’est la tenue de sport portée à contre-emploi, et le flegme blasé, absurde et majestueux de cet auteur mexicain que j’adore.