Instructions aux combattantes

PlayPause
Shadow
Slider

Novembre 2019, Paris. “Le geste et l’engagement”, version de luxe.

22. Quand gronde le tambour puant, désobéissance !

23. Quand les ordres viennent des nymphes décousues, désobéissance !

24. Quand les flammes sentent le scarabée, désobéissance !

25. Quand le rideau terrible se déchire, désobéissance !

Marai Soudaïeva, Slogans (Éd. de l’Olivier, 2004). Extrait du chapitre “Instructions aux combattantes”, section “Désobéir”.

Afficher/masquer le bavardage...
Voici l’intégrale, y compris les scènes coupées au montage, de la saison 2 du dispositif Le geste à la parole : cette deuxième année d’ateliers se construit autout de la thématique le geste et l’engagement. Ça valait bien quelques slogans post-exotiques…

Si vous avez déjà lu la présentation de la saison 1 (voir le post Suggestion de présentation), vous pouvez vous dispenser de relire ce qui suit !

 Le geste à la parole est le titre d’un cycle d’actions artistiques pluridisciplinaires menées dans des lycées de l’Essonne au fil de trois années scolaires, un projet impulsé par le Théâtre Brétigny (scène conventionnée art & création), à travers le Créac, dispositif de la région Ile-de-France. On y retrouve à la manœuvre le Théâtre du Menteur et la Cie des Prairies. J’y interviens principalement pour le webdesign, avec valeur ajoutée photographique !
Vous pouvez voir sur  Le geste à la parole comment l’interface du site repose sur un travail d’illustration originale, une variation personnelle que je tente chaque année en complicité avec un(e) camarade qui m’offre la parole de son geste…

Chacune des trois saisons d’ateliers s’articule sur une thématique propre, cette année c’est le geste et l’engagement que je viens de décliner avec la danseuse (pas que) Hélène Beilvaire. Au printemps dernier, c’était avec la performeuse (pas que) Scha Pas.

C’est là que je veux en venir ! Seule une petite douzaine d’images se retrouve sur le site, la sélection ne s’effectuant pas que sur leur valeur esthétique mais sur leur efficacité dans le propos et leur souplesse d’adaptation à l’interface (joies du design responsive, qui n’est pas tendre sur le cadrage des têtières…). De quoi laisser bien du matériau inexploité ! Exceptionnellement ce diaporama est complété de légendes qui repèrent les inédites et précisent le libellé des pages auxquelles les élues ont été assorties. Car ce Salon des refusées comporte aussi les primées, les réunir me permettant d’étoffer la narration qui s’est improvisée là.