Saison Timor été 2020 – carte postale et news du trimestre

Photo © Ernesto Timor - Carte Saison Timor été 2020.

Un autre jour. Saison Timor été 2020. 

Ma carte trimestrielle, ci-dessus en petit format, est aussi téléchargeable en plus grand d’un simple clic…

 

Quoi de neuf du côté de Timor ?

 

Saison Timor, une nouvelle famille de cartes 

▸ 13 ans de cartes mensuelles Timor Rocks !, tous les 15 du mois depuis janvier 2007, et pas une échéance ratée sauf celle du mois dernier… Pour expliquer le scandaleux relâchement de ce 15 mai : côté perso, vraiment trop de turbulences et d’empêchements ; côté social un peu pas assez de projets, en dehors du fait de se confiner et d’attendre que se relâche une menace nommée Covid19, et sa traîne de conséquences destructrices de toutes sortes (ce qui, à mon niveau imédiat, se traduit par le gel des expos accrochées ou programmées à court terme et par l’arrêt du gros de l’activité professionnelle liée au spectacle et à la culture, jusqu’à preuve du contraire)…

On va dire que tout va moins mal, ça va reprendre mais pas pile comme avant.
Déjà cette carte va changer de rythme, trimestriel ça suffit pour ce que j’ai à annoncer et aussi pour moins participer à la saturation de vos corbeilles à spam, que vous ayez le temps de remarquer mon absence et désirer ma réapparition, quoi.
Et quitte à prendre ce rythme, la diffusion va se faire aux alentours du 21 plutôt que du 15, en débutant en juin ça tombe pile poil pour ouvrir des saisons. Du coup le nom change un peu, et si Saison Timor peut évoquer un nom de bière belge, je connais plus compromettant… Le style de ces images dans mon air du temps ne va bien sûr pas changer, lui. Peut-être que les news associées à la carte seront davantage à cheval sur mes deux univers, les commandes et l’artistique plus personnel, et la Saison Timor fera donc simultanément la une de mes deux sites Timor Rocks ! et On a deux vies. Hop ! Hop !

 

Le projet d’avant,  le non-projet de pendant et 

Le Démolisseur sur rendez-vous et autres métiers rêvés… L’exposition de mars-avril à Guyancourt a bien sûr été mise sous cloche, et puis les dates prévues cet été (Saint-Etienne puis Vercors) sont reportées, il faut vraiment se rabattre sur la galerie web pour un bout de temps encore (présentation complète du projet et vues de l’expo telle qu’accrochée en dernier) > www

En rasant les murs, petites échappées de sous le confinement à Lyon… Sans prétendre à beaucoup plus que la consolation des mirettes et des gambettes, juste mon œil en balade pour limiter la déconfiture. Le côté journal, c’est juste que ça ne triche pas, c’est dans un strict ordre chronologique. Cinq volumes au final, une p’tite compile tous les 10 jours environ. Une sélection très resserrée paraîtra bientôt, pour part légendée par moi (Ne rentrait pas dans les cases), pour part en écho à la prose de Jean-Louis Baille, des Indiscrets, pour une publication à venir… > www

De derrière mes carreaux… Ça peut sembler un contrepied à mes albums d’échappées de confinement, car voici au contraire un exercice d’acceptation : du calme bonheur qu’il peut y avoir à être reclus et voir le monde cadré par sa fenêtre ! Cette petite opération de grappillage dans mes archives, depuis 2005 jusqu’à mes dernières vues d’une actualité brûlante, est aussi une musique d’attente pour aider (vous et surtout moi) à patienter, le temps que je puisse enfin démarrer mon nouveau projet de portraits, Le point de vue de ma fenêtre. Celui-là, le confinement l’a rendu impraticable en même temps qu’il lui donnait une troublante actualité, à suivre donc… > www

 

Même pas morts

▸ Rien de bien neuf que je puisse partager côté collaborations professionnelles, on va attendre la rentrée pour parler de la reprise des spectacles vivants et de ce que je peux faire à leur côtés : rendez-vous à la prochaine Saison Timor !