Hors saison

PlayPause
Shadow
Slider

Mai 2019, Lyon. Le p’tit bal perdu.

C’était tout juste après la guerre,
Dans un petit bal qu’avait souffert.
Sur une piste de misère,
Y’en avait deux, à découvert.
Parmi les gravats ils dansaient
Dans ce petit bal qui s’appelait…
Qui s’appelait… qui s’appelait… qui s’appelait…
(…)
Non je ne me souviens plus
Du nom du bal perdu.
Ce dont je me souviens
C’est qu’on était heureux
Les yeux au fond des yeux.
Ouais
Et c’était bien
Et c’était bien.

Robert Niel, C’était bien / Le P’tit Bal perdu (1961).

Afficher/masquer le bavardage...
Une salle des fêtes à l’abandon, une luronne qui ne dédaigne aucune mise à nu, pas même celle de sa mélancolie, la nuit qui tombe sur le lac… que de bons ingrédients pour tenter un nouveau Chat perché dans une manière fantomatique ! Après la Revenante des buttes, voici un genre de Revenante du pavillon du lac, comme un p’tit bal perdu des âmes mortes…

Et un court fragment du joli et poignant P’tit Bal perdu… Pour le réentendre en entier, chercher bien sûr sa version originale, par Bourvil ou tiens la vibrante version de Juliette Gréco ici