Drôle de déconfinade (vol. 5)

Photo © Ernesto Timor - En rasant les murs
Lyon, Croix Rousse, le 6 mai 2020.

Cinquième et dernière compilation de photos de mes modestes échappées de sous le confinement. La publication survient cette fois quelque peu après la bataille. La faute au déconfinement progressif qui fait qu’on ne sait pas bien quand tout ça s’arrête et qu’on hésite même à agrandir le rayon de sa liberté surveillée. La faute aussi et surtout à des aléas personnels, qui m’ont privé de toit à moi toutes ces semaines, confiné-évacué en somme… On est là dans une superbe injonction contradictoire qui a aussi perturbé ce projet-ci !1
Si vous avez raté les épisodes précédents, commencez par le lot 01 (augmenté d’une intro générale), sinon le signet sous la galerie mène au sommaire complet… En attendant d’autres morceaux choisis à paraître ici ou là…2

 

Notes
[1] J’ai finalement choisi de passer ici sous silence cet épisode un peu tendu, qui fera sans doute l’objet d’une trace photographique à part quand je l’aurai mieux digéré, tout juste si quelques-unes de ces images y font allusion de loin…
[2] “On a voulu partir du regard…”, c’est ainsi que s’ouvre le texte de Jean-Louis Baille qui introduit la contribution des Indiscrets à Un Autre Monde, une publication de La Mégisserie (scène conventionnée d’intérêt national, Saint-Junien). J’en suis, avec une poignée d’images d’illustration (hum !) de ses Cinq regards d’après, et puis, en solo cette fois, avec une douzaine d’autres de mes présentes Consolations confinées réunies sous le titre Ne rentrait pas dans les cases, avec petites légendes à ma façon. Je publierai ça ici bientôt, laissant pour l’instant l’exclu à cette revue à venir !


En rasant les murs, lot 05. Lyon et tout contre, du 30 avril au 2 juin 2020.