Vase communicant #1

Photo © Ernesto Timor

shot: oct 11 | printed: today | splash screen | lyon

Le texte ci-dessous a été écrit en écho à cette image, dans le but d’être publié ici même, sur Irregular. Tandis que moi-même je pars simultanément sur Jetons l’encre, blog de l’auteure, publier l’image que j’ai choisie en écho à un texte qu’elle m’a adressé.
Ce fric-frac fait partie de l’édition novembre 2011 des Vases communicants, réseau échangiste littéraire auquel je participe pour la première fois (plus d’infos en bas de page) !

La buée sur le carreau

Camille est dans sa nouvelle maison, dans une de ses deux nouvelles maisons, pour être plus exact, dans sa nouvelle chambre, donc dans une de ses deux nouvelles chambres.

Camille s’installe petit à petit dans sa nouvelle vie. Mais est-elle vraiment à lui ?

Au plus profond de lui-même, Camille s’interroge : « Ils se construisent une nouvelle vie et moi là-dedans ? Où suis-je ? »

Camille a retrouvé cette photo dans son appareil à son retour de chez ses grands-parents, Nestor et Natacha.

Camille l’a mise en fond d’écran de son ordinateur.

Camille s’amuse à passer sans fin son doigt sur cette trace qu’il avait dessinée sur le carreau de la chambre qu’il a occupée au Resty lors des dernières vacances.

Camille avait collé cette image d’oiseau sur la fenêtre pour s’amuser et avait mis aussi un chat et un coq et une étoile et un croissant de lune et… il ne sait plus…

Il s’est créé tout un univers mais il n’a retrouvé que cette photo.

Qu’a-t-il fait des autres clichés, derniers souvenirs de sa vie d’avant ?

(Danielle Masson © 2011 32 Octobre)

Le Tiers livre et Scriptopolis sont à l’initiative d’un projet de vases communicants : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d’un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre. La liste complète mensuelle des participants se trouve ici ainsi qu’une synthèse visuelle du mois là-bas.

 

Les commentaires sont fermés.