Travaux personnels, galeries d'art et d'essai

Dans le blanc des cartes

Photo © Ernesto Timor
shot & printed: today | outside google earth | distant outskirts of paris

« Gonçalves remua les épaules, reboutonna sa blouse béante et s’épongea la bouche. Aux commissures des lèvres la bave avait épaissi en une écume qui ne brillait pas.
Vous me prenez pour un naïf ! beugla le psychiatre.
De nouveau il laissait libre cours à son animosité, feinte ou non.
Cet onirisme sans surprises !… Barques vibratiles, anacondas !… De l’archi-connu !… Rivières fermentant sous les feuilles… Les domaines de la Cobra Grande… Pures balivernes ! Vil rabâchage !… Symbolique sexuelle pour gogos !
Il y eut un léger silence.
Vous pensiez m’abuser avec de la verroterie, Golpiez ! Vous me jetiez un songe à ronger !
Fabian se tenait muet sous les reproches.
La séance est terminée, dit ensuite le psychiatre. Allez, déblatérez votre dernière phrase sans réfléchir et fichez-moi le camp. Vous commencez à m’énerver.
Je n’ai connu l’amour qu’une seule fois dans ma vie, dit Fabian. »

(Le nom des singes, Antoine Volodine.)