Chambre d’écho #1 : vagabondage is not a crime

Photo © Ernesto Timor

shot: oct 15 | printed: today | essonne (distant outskirts of paris) | have sweet dreams

C’est le moment de regretter les images-maps, rendues obsolètes par les progrès du web. Car je vous aurais bien fait cliquer de-ci de-là dans cette photographie, pour vous faire vivre cette sensation de portes dérobées vers d’autres univers plutôt inattendus dans la scène immédiatement visible. Alors en gros, c’est chez l’habitant, dans la dite grande couronne parisienne, là où je me reposai tantôt entre une couche de gris et une autre de rouge, au cours de mes journées de vagabondage en Essonne, entre amis, travail et ouverture d’exposition. Et je fut bien ébaubi de découvrir ces saintes icônes au-dessus de ma modeste couche : dans le cadre cette photographie d’écrivain absent signée angelle, qui ne m’est point inconnue ; et, magnétisé à la tôle de la cloison, ce collector des Black Variations signé bibi. Images qui, tant qu’à faire, ont chacune pour moi un fort pouvoir anti-gravitation… Si, comme c’est probable, rien de tout cela ne vous intéresse, vous pouvez toujours vous concentrer sur la pochette rock’n’roll, je n’ai rien à en dire.

Les commentaires sont fermés.