Reprenons le fil

Photo © Ernesto Timor

shot: jul 15 | printed: today | liège (belgium) | cannot be the end

Ce pays n’est pas représenté sur les atlas et les cartes du monde car il est très difficile à dessiner. Il est en effet très complexe de tracer sur des cartes horizontales les contours de ce pays en géographie verticale. Seul un caillou, attaché au bout d’un fil et posé sur un endroit de la carte du monde, pourra vous aider à imaginer ses habitants se tenant tous fermement accrochés à ce morceau de ficelle. Si vous voulez bien vous donner la peine d’entrer et d’imaginer…

Texte d’ouverture de la savoureuse exposition L’Appartement témoin de la Cie Turak,
ou comment expliquer la Turakie aux non-initiés (musée des Confluences à Lyon)…


Et quant à mon image écho, il entre dans sa composition du caillou que vous ne pouvez pas voir, de la ficelle qui s’avère être l’extrémité de ma pelote de cordeau (oui, lui-même, celui qui trace les cadres de Mes champs visuels) et pour la dérouler dans ces espaces hantés il y a aussi une merveilleuse… Non je ne vous dis rien. Simplement que c’est l’image de fin d’une séquence photographiée en cette fin juillet à Liège, en side-project improvisé hors champ, et dont la publication se fera le moment venu (titre provisoire : Le pensionnat).


Les commentaires sont fermés.