« Comment s’en sortir sans sortir »

Photo © Ernesto Timor

shot: oct 11 | reprinted: today | lyon | alt take

Guillemets sur ce titre car la formule vertigineuse est de Ghérasim Luca.

Et cette photo, vous croyez la connaître sans tout à fait la reconnaître, si vous êtes un peu attentifs. C’est en effet une rivale malchanceuse d’une des images de Mon lieu secret, l’une de celles qui a été le plus vues et reproduites, au point que j’en vienne à oublier qu’au départ elles étaient deux, bien difficiles à départager. Et, je vous le donne en mille, à présent une voix sourde en moi crie à l’erreur judiciaire !

Il est trop tard, docteur Timor, les jeux sont faits, le livre est publié depuis plus de 4 mois, la dernière expo (dont la photo rivale a systématiquement les faveurs bruyantes du public !) ferme ses portes à Lyon le 8 mars*, il faut choisir entre le viseur et le rétroviseur, et autres semonces raisonnables !
Eh bien détrompez-vous ! Au plus profond de nos infréquentables laboratoires nous avons imaginé comment redonner vie à ce monstre magnifique composé du meilleur des créatures sacrifiées ! Bientôt sur vos écrans, mesdames, mesdemoiselles, messieurs, ladies and gentlemen, le Salon des Refusées !
En deux mots, en attendant d’en lire cent (et plus), je réponds là à l’invitation de Frasby, l’auteure de l’excellent et inclassable site Certains Jours. Grand fan des méandres touffus de son écriture, convaincu de sa sensibilité extralucide aux images et aux miennes en particulier, j’ai eu envie de faire de la carte blanche qu’elle me tendait l’occasion d’une expérimentation aussi séduisante que casse-gueule, selon comment soufflera le vent ! Je lui ai donc soumis quelques dizaines de mes deuxièmes choix, de mes bannies de ce projet, charge à elle d’en repêcher un lot de 14. Qui constituerait donc un Salon des Refusées, avec corps critique et querelle d’exégètes (en gros je me fais fort de défendre mes condamnations, tout en mourant d’envie de voir ce qu’elle écrira pour les sauver) ! Comme si ça ne suffisait pas, nous aurons droit à un petit Purgatoire par là-dessus : les refusées des refusées, celles qu’elle n’a finalement pas voulu repêcher, des sortes de victimes de la double peine que moi quand-même j’aurais bien sauvées des limbes…

Vous serez tenus informés de l’ouverture de ce virtuel Salon des Refusées, c’est l’affaire d’une semaine ou deux…

mls-mairie1er-teasers-1* L’heure n’est pas tout à fait à l’after, l’expo à la Mairie du 1er (place Sathonay à Lyon) reste visible in extremis ! De 17 à 20h ces jeudi et vendredi, et ce samedi 8 mars de 10 à 12, même qu’il y aura un petit verre de clôture au soleil ensuite…

Les commentaires sont fermés.