Ecran total

Photo © Ernesto Timor - tulle by night

shot: feb 18 | printed: today | paris | onscreen #1

Photo © Ernesto Timor - tulle by night

shot: feb 18 | printed: today | paris | onscreen #2

Mes petits à-côtés de la photo de théâtre, pour le plaisir d’arrêter mon regard désobéissant non pas hors sujet mais sur le filtre qu’on n’est pas censé voir !
Ceci étant, les compartiments du Timor n’étant pas étanches, rien ne vous empêche d’aller voir à quoi ressemble ce spectacle au travers de photos nettement moins abstraites sur mon site Timor Rocks ! Tiens justement, j’y dévoile une de mes nouvelles tribulations aux côtés des créations tantôt sombres tantôt lumineuses de l’excellent Amin Théâtre, faites donc un petit tour(billon) par chez Malgoumi

Mes week-ends…

Photo © Ernesto Timor - Mirad

shot: jan 17 | printed: today | essonne, distant outskirts of paris | playtime

… en missions lointaines sont-ils plus fun que vos saturday night fevers ? Ça je ne sais toujours pas (et j’en aurai fini de ces constructions de posts, ça pourrait devenir fastidieux et je finirai bien finir par vexer quelqu’un qui m’aura mal compris).
Cette dernière photo est donc issue encore d’images de la veille, de la photo de plateau de théâtre comme souvent j’en fais — et comme rarement Irregular en montre, sans doute par ce que ce ne sont pas mes histoires… D’où ce choix d’image qui garde tout son mystère — en vrai la salle était tout à fait pleine, et les comédien-ne-s terriblement de face, il s’agit là d’un pas de côté, en sorte. Fragments du très beau Mirad un garçon de Bosnie de l’Amin Théâtre, qui se jouait à la Friche de Viry-Châtillon, en Essonne. (Une galerie de photos de plateau “normale” sera visible dans quelques jours sur Timor Rocks !)

La peau sous les os

Photo © Ernesto Timor

shot: nov 10 | reprinted: today | lyon | skinny story

Je suis venu(e) habillé(e) en squelette.
Je n’ai pas eu le temps de me changer, de me mettre une peau, des chairs en dedans, le bazar des organes, les litres de sang, les tuyaux, la pelote des nerfs, c’est tellement compliqué, ça prend des années pour enfiler ça, alors je suis venu(e) comme ça, les os à l’air, vous ne m’en voulez pas ? Mon squelette, il n’est plus à l’intérieur. Je sais, c’est bizarre, mais vous le voyez bien tout de même, je veux dire, quand vous me regardez, c’est bien un squelette que vous regardez, non ?
CQFD. Il est à l’extérieur.
Tu fumes ? Qu’est ce que je disais ?…
Ah oui, je suis venu(e) habillé(e) en squelette, mais comme on m’a dit que vous seriez là, j’ai mis mon squelette du dimanche, il me va bien, non ?

François Chaffin, Entretiens avec la mer, extrait de l’épisode huit.

Comme je n’ai pas beaucoup le temps de poster des trucs en ce moment, quand ça m’arrive j’en profite pour parler de plusieurs sujets à la fois, je charge un peu la barque, je digresse dans l’allégresse et ça va être pénible pour ceux à qui les mélanges donnent mal à la tête !
Lire la suite

Vous avez du feu ?

Photo © Ernesto Timor

shot: jan 14 | printed: today | corrèze (center of france) | light my fire (will you?)

“Des projets ?…” Cette question étonnante revient de temps à autre. Elle est sans doute devenue inévitable quand on ne tweete pas sa vie, ou que son Facebook ne sert pas à géolocaliser en temps réel la forme de ses Oh et de ses Ah

Lire la suite

Accotements déstabilisés

Photo © Ernesto Timor

shot: jul 13 | printed: today | guyancourt (near paris) | off the road again

De TGV retardés en voiture grossièrement défoncée, il faut un peu s’accrocher pour voyager zen ces jours-ci. Et pourtant ça bouge, d’un boulot à l’autre dans pas mal de coins de France et de Navarre et aussi vers du réjouissant artistique : ouverture de l’expo Bis+3 au 59 Rivoli à Paris, livraison imminente du livre Mon lieu secret, début d’une longue suite d’événements autour du lancement du bouquin en question. Si vous voulez me suivre… :-)

La route des crus

shot: sept 07 | printed: today | beaujolais by bus | center of france

shot: sept 07 | printed: today | beaujolais by bus | center of france

Ce 15 novembre c’est fou tout ce que vous pouvez vous offrir comme premières officielles à Lyon : redécouvrir le goût aigrelet du Beaujolais nouveau (dont c’est le premier jour officiel), vous offrir un douloureux face à face avec les petits commerces plus vrais que nature de Raymond Depardon (l’expo de sa France éternelle y ouvre aujourd’hui officiellement au Plateau) et même, toutes proportions gardées, assister à la première projection officielle de Mon lieu secret (au meet’up Artilinki à l’Antre Autre). Et que vient faire là-dedans cette image de gare SNCF abandonnée, je vous le demande un peu… Santé, et au plaisir de vous voir.